Les joies de l’open space ou 10 trucs qui peuvent vous rendre complètement chèvre.

open-space-m-a-tuer

Certes, l’ouverture sur les autres, le travail collaboratif et tout le tintouin c’est une super bonne idée. Alors, quand tu bosses sur un projet commun à plusieurs, rien de tel qu’un bureau partagé (ou open space pour être plus « in »).

Oui mais voilà, si sur le papier c’est une bonne idée, la réalité en est tout autre et partager son espace de travail peut s’avérer des plus périlleux. Car le partage, ça veut aussi dire supporter les autres et leurs manies.

J’ai donc recensé pour vous les 10 trucs les plus insupportables sur la vie professionnelle en communauté.

1. Le bruit, help où sont les boules quies ? Forcément, qui dit plusieurs personnes dans un espace, dit plusieurs coups de fils en même temps, des tapotages de clavier incessants, des conversations croisées, et machin qui fait un boucan pas possible en cherchant ses papiers, et bidules qui commente tous ses faits et gestes, et le pire, celui qui s’est pris pour un jukebox et qui a décidé de transformer le bureau en karaoké ou de vous gâcher la vie avec du Christophe Maé (no offense) en tête toute la journée. Bref, quand on essai de se concentrer, autant vous dire que ce n’est pas facile de ne pas « fermer ses oreilles » et on a tendance à se focaliser sur le moindre petit bruit. Un peu comme quand on arrive pas à dormir et que cette saleté de pendule fait un bruit monstrueux. TIC TAC TIC TAC aaaah mais taisez-vous un peu y’en a qui travail (ou qui essaient en tout cas)!

2. La bouffe, (des)odorisant naturel et ultra fend-shui. Si vous avez le malheur de partager votre bureau avec des ventres sur pattes, votre ligne peut en prendre un coup, si ces derniers partagent, mais surtout, votre odorat devient bizarrement hyper développé et là c’est le drame. Tiens, y’en a un qui n’a pas du avoir le temps de déjeuner ce matin, ça sent les viennoiseries à pleins nez ou pire encore la quiche ? (de la quiche, le matin, sérieusement ?), les gars par pitié, allez manger ailleurs! Encore le matin, bon ça peut aller, quoi que tout dépend de l’odeur, mais le midi, les insociables qui restent dans le bureau parce que bon tu comprends hein ils ont du boulot, c’est le pire ! Tiens t’as mangé du poisson toi ce midi ?! Il était bon ton mcdo ? Ton fromage ça te dis pas de l’enfermer dans une boite ? Rien de tel qu’une bonne odeur de bouffe bien prononcée pour vous donner envie de bosser.
En tout cas si y’en a qui se régalent, ce sont bien les fourmis, qui semblent avoir adopté le concept de l’open space et se sont elles aussi installées. Aucun remède à ça, mis à part mettre des pièges à fourmis et surtout allez leur dire de manger ailleurs!(pas aux fourmis, aux collègues, quoique..)
Si y’a une cafet’, c’est pas pour rien. En passant, vous éviterez de poser vos sachets sur mes papiers, les traces de gras c’est moyen quand même!

3. Les commères ou psychotiques de la montre. Tiens tu pars déjà ? Tu arrives tard ce matin, dis donc! Ou encore, t’as une sale tête t’as encore fait la fête toi, tu vas pas pouvoir être au taquet et blablabla, on s’en fou, c’est ma vie, occupe toi de ton c**. La façon dont je gère mon temps, c’est mon problème, je fais mon boulot ? Oui, donc t’as rien à dire, et c’est pas non plus comme si je ne faisais pas mes horaires, si tu n’as pas de vie après le boulot et que ça t’éclate de rester jusqu’à 20h tous les soirs, c’est ton problème. Moi, si y’a besoin je reste, mais là tu vois, j’ai fini, oui je pars ! Et au passage je .. (on a compris pas la peine de devenir vulgaire).

4. La clim, le chauffage ou la ménopause collective . Ah la clim, quelle invention ! Ça marche aussi pour le chauffage d’ailleurs. Dans un bureau composé de plusieurs membres, on distingue souvent trois types de personnes. Ceux qui ont tout le temps froid, couvre toi ça ira mieux, t’inquiète pas ton décolleté on le vois pas derrière ton pc. Ceux qui s’en foutent, qui s’habitue à la température et qui t’embête pas (mes préférés), et bien sur les big relou qui sont en permanence en chaleur. Ouuuh, olalala vous trouvez pas qu’il fait chaud ici, pffiou je vais me liquéfier tellement c’est insupportable, vous pouvez pas baisser le chauffage, allumer la clim ? Oui je sais t’es pas dans mon cas mais allez si y’a une clim c’est pour qu’elle fonctionne, ah elle est allumée ? Ba met la plus forte hein parce que moi je sens rien et tant pis si toi tu te transforme en glaçon, moi j’ai trop chaud. Deux minutes après, vous avez cette même personne qui dit ah mais il fait un peu froid la non tu trouves pas ? Sous-entendu allez éteins un peu t’as que ça a faire de faire miss météo dans le bureau. Alala mais dans quel monde égoïste vit-on ? Et surtout si t’es en permanence en extrême chaleur, je sais pas moi, déménage va voir au pôle nord si il fait moins chaud mais fou moi la paix avec ta clim. (Et vice versa pour le chauffage).

5. Les blagues pas drôle des collègues. Celui là, il a mangé du clown aujourd’hui, il se croit drôle c’est incroyable. AH! Ah! ah! Oui oui c’est hilarant, comme tu le vois je me roule par terre tellement c’était marrant ! Quand ça arrive quelques fois, je dis pas, mais vouloir à tout pris faire rire le monde quand on a des références à deux balles, abstient toi donc ça vaudra mieux pour tout le monde.

6. A chacun son espace. Ok on partage une pièce mais mon bureau, c’est mon bureau et tes papiers n’ont rien à y faire dessus ! Non, je ne suis pas maniaque, mais retrouver des trucs qui ne sont pas à moi sur mon bureau ça m’exaspère un peu, surtout s’ils sont posés sur ton clavier parce que machin il en voulait pas sur son bureau et il s’est dit que tu saurais quoi en faire toi. Encore quand tu sais d’où ça vient et ce que c’est, ça peut passer, mais des fois, tu sais pas pourquoi, tu retrouves des trucs sur ton bureau, tu ne sais pas d’où ça sort et quand tu demande ce que c’est, bizarrement personne ne sait. A croire que le saint esprit l’a déposé là tout seul. Bref, quand on partage tout une pièce, l’idéal c’est quand même d’avoir son petit espace à soit, où tu t’y retrouve, parce que oui, même si ça parait pas, on s’y retrouve nous dans notre bazar.

7. Virtuel ou vie réel, la frontière ne tiens parfois qu’à un fil. On connait tous une personne qui ne peut s’empêcher de parler comme un personnage de film, ou de ressortir des phrases cultes. Forcément, dans un open space, on ne peut pas vraiment y échapper. T’es fan de la télé-réalité, c’est bien pour toi, mais moi tes « non mais allô quoi » toute la journée, ça commence à me sortir par les yeux et tu risques de finir par t’en manger une ! (Boxe, yoga, joggings, autant de sports qui vous permettent de vous défouler pour ne pas craquer, car non, la violence ne résout rien !).
Dans ces cas là, pas grand chose à faire, prendre son mal en patience et éviter que le phénomène ne se propage, sinon ça risque de tourner à la référence pourrie collective. Et dire que c’est bon, on a compris, mieux vaut éviter, car bien sûr, tout le monde sait que c’est trop rigolo d’accentuer la chose parce que ça en énerve quelques uns.

8. 3615 ma vie ou ceux qui se sentent obligé de tout ramener à eux et raconter leurs vies et celles des autres par la même occasion. Ah ouais moi aussi un jour blabla, ah non mais moi tu sais, je sais que blabla, moi, moi ,moi. Oui toi, tu as tout vu, tout vécu, t’es le meilleur et tu sais mieux que tout le monde, c’est bien connu, tu es THE référence incontournable.
Alors hier soir, je me suis couché tard parce que j’ai joué à un super jeu, et puis j’ai fait ça aussi, et peut être que demain je vais faire ci, ah mais vous savez pas la nouvelle, il parait que la fille du troisième, elle a fait ça, et le mec du rdc, il a dit ça à machin, qui l’a répété à bidule, et… Et quand la mère Michèle elle a perdue son chat, et que c’est le père Lustucru qui lui a répondu, j’ai été le premier à vous le répété parce que je n’ai que ça a faire de ma journée, appelé moi pipelette.

9. Les standardistes, ou l’art de l’appel perso au boulot. Bonjour mon biquet, comment tu vas ce matin, alors t’as fait quoi, blabla. Salut maman, oui aujourd’hui blabla. Attends deux secondes je suis déjà en ligne, je te rappelle, je finis avec mon coiffeur.
Heu… vous vous êtes trompé d’endroit ce matin, il semblerait que votre collègue est déménagé(e) et installé sa ligne perso au bureau. Quoi de mieux que d’appeler sa grande copine Micheline, cinq fois par jours, au lieu d’appeler les clients. C’est quand même plus sympa et tout à fait l’endroit approprié. Mais bien sûr, je suis bête, j’ai cru qu’on était là pour travailler.

10. Les accros de la pause, et accessoirement de la caféine. Bonjour tout le monde, je pose mes affaires et pause, il me faut ma 1ère dose de caféine. Olala, ça fait 1 heure que je travaille (décodé, que je suis au téléphone avec mon poussin), il faut que j’aille prendre un peu l’air, et en passant mon 50ème café de la matinée. J’ai croisé machin dans le couloir, je reviens, je vais prendre un café avec, on a trop de choses à se dire. Humm on a bien mangé, je vais aller digérer un peu avant de retourner bosser. Pause Bon allez, il reste une heure avant de partir, une pause s’impose pour être au top jusqu’à la fin. En général, ces personnes sont celles qui ne comprennent pas comment leur travail fait pour ne pas avancer. C’est pas possible, je bosse jusqu’à pas d’heure mais pourtant je n’arrive pas à avancer, je ne comprends pas. Nous aussi, on se demande bien pourquoi…

Ce billet change un peu des autres, mais je me suis dis que ça pourrait être sympa. Bien entendu, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. On ne voudrait pas avoir de problèmes non plus, et je vous rassure au boulot ça se passe bien, même si je dois reconnaître que certains de ses points ne sont pas apparus par hasard. Pour les autres, c’est fou ce qu’on peut obtenir comme anecdotes sur les moments au travail.

En tout cas, si vous aussi vous avez des anecdotes, des histoires de bureau, ou des trucs qui vous insupportent sur vos collègues, nous on veut tout savoir ! On adore les  cancans 🙂

En tout cas, bon weekend !!

C.,
Râleuse professionnelle

Publicités

2 commentaires sur « Les joies de l’open space ou 10 trucs qui peuvent vous rendre complètement chèvre. »

  1. ho mon dieu, j’ai connu des gens exactement comme ça, j’ai eu de tout !! ça fait du bien de rire mais sur le moment on ne rit pas toujours 🙂 surtout celui qui racontait tout le temps des blagues pourries, des blagues de q, sur les palestiniens, sur …. voila ! en tous les cas chouette article

    1. Merci pour le compliment 🙂
      C’est clair que sur le moment ça fait juste un peu péter un câble. Mais c’est vrai qu’après dans un bureau seul on s’ennui un peu, quoique ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s